Plus de la moitié (55%) des étudiants africains en administration des affaires sont positifs quant à l'économie de leur pays, un pourcentage plus élevé que partout ailleurs dans le monde.

Une nouvelle étude montre que les étudiants africains en école de commerce sont parmi les plus optimistes dans le monde quand il s'agit d'économie. L'enquête a révélé que les deux tiers d'entre eux croient en un avenir économique prometteur et pensent que leur banque va les aider dans leurs futures entreprises.

L'Association of Business Executives (ABE), qui fournit des compétences en administration des affaires à plus de 50.000 étudiants dans le monde chaque année, a mené des enquêtes d'opinions auprès de 23.410 de ses étudiants du monde entier. Les résultats montrent un optimisme surprenant chez les étudiants, en dépit du malaise économique mondial.

Plus des trois cinquièmes (62,2 pour cent) des répondants croient que les banques vont les aider dans leurs entreprises. Malgré les conséquences mondiales désastreuses de la crise bancaire, la plupart des étudiants en commerce à travers le monde sont convaincus que leurs banques seront désireuses et capables de soutenir leurs entreprises.

Plus de la moitié (55%) des étudiants africains en administration des affaires sont positifs quant à l'économie de leur pays, un pourcentage plus élevé que partout ailleurs dans le monde. La moyenne mondiale est de 50%.

L'étude a également établi que deux tiers de ces étudiants africains (environ 65%) sont optimiste sur 54% des étudiants en administration des affaires d'Afrique estiment qu'il est plus important d'offrir de la qualité que des produits bon marchéle fait que leur banque les aidera dans leurs entreprises, contre une moyenne mondiale de 62%.

Plus de la moitié d entre eux (54%) croient que la meilleure approche en affaires dans l économie actuelle est d'offrir des produits et services de haute qualité plutôt que des produits et des services à bas prix. Cela représente 10% de plus qu'en Asie et 4% de plus que la moyenne mondiale à 50%.

« Les résultats des étudiants en Afrique peuvent être surprenants. Les économies développées s attendent généralement à ce que les économies en développement fournissent des produits à un prix inférieur. Le résultat montre un haut niveau d'optimisme, de l'ambition et de l'aspiration chez étudiants africains d'ABE et suggère une prise de conscience que la seule concurrence sur le coût n'est pas viable à court et à long terme », commente ABE dans le rapport.

Toutefois, « l'accès au financement » est le plus grand obstacle à la réussite des affaires en Afrique. Plus d'un tiers (34%) des étudiants africains en administration des affaires a pensé que c'était le plus grand obstacle, contre 23% de moyenne mondiale.

« Cet optimisme quant à l aide que pourraient apporter les banques suggère une confiance dans la conduite de modifications réglementaires et structurelles du secteur bancaire, en réponse à la crise bancaire 2007-2008 et, peut-être, une confiance en ce que les banques vont voir les entreprises de ces étudiants comme un investissement sûr », analyse Jonathan Swindell, directeur du développement des affaires et de l'édition de Association of Business Executives.

Parmi les grandes devises mondiales, l euro est la moins attractive du point de vue des étudiants interrogés : seulement 10,2% d entre eux souhaitent faire du commerce dans la zone euro. La plupart des étudiants en commerce préfèrent négocier en dollar américain, et près d'un tiers (30,7 pour cent) des personnes interrogées favoriser la Livre Sterling.

Pour aller plus loin, consulter l intégralité du rapport de l ABE

Elodie Logne
Author: Elodie Logne
Analyste sur Nextafrique.com.

Psychologue du travail, Elodie travaille à Lyon au sein d'un cabinet de recrutement international. Elle est spécialiste des relations et de l'épanouissement professionnels et est passionnée par les voyages.