Six pays africains pourraient éliminer le paludisme d’ici 2020

Dans le monde, plus de 214 millions de personnes sont touchées par cette maladie parasitaire. Une personne en meurt chaque minute, soit 438 000 décès par an. Face à ces chiffres dramatiques, une lueur d'espoir subsiste : l'OMS estime que 21 pays dans le monde sont en mesure d'éradiquer le paludisme d'ici 2020. Six d'entre eux sont des pays du continent africain, où le fardeau de la maladie est le plus lourd ». Ces six pays sont l’Afrique du Sud, l’Algérie, le Botswana, la Cap Vert, les Comores et le Swaziland.

L’OMS a dressé cette liste au terme d’une analyse réalisée dans le cadre de sa stratégie technique globale d’élimination du paludisme qui vise l’éradication de la maladie dans au moins 10 pays d’ici 2020, au moins 20 pays d’ici 2025 et au moins 35 pays d’ici 2030.

En Afrique du Sud, l’éradiquation de la malaria est une priorité nationale. En 2014, le pays a enregistré environ 11 700 cas, presque 6 fois moins qu’en 2000 (64 000 cas). Les cas de paludisme sont concentrés dans les régions frontalières avec le Swaziland, le Zimbabwe et le Mozambique. Selon l’OMS, « avec une action ciblée et une coopération transfrontalière, l’Afrique du Sud a le potentiel d’éliminer la malaria en 2020 ».

« Pour atteindre cet objectif, un pays doit passer au moins une année sans enregistrer de cas de maladie d'ici 2020 », indique le rapport de l'OMS, publié lundi 25 avril 2016 à l'occasion de la journée mondiale de lutte contre le paludisme. « Les pays qui passent au moins trois années consécutives sans enregistrer de cas de paludisme sont éligibles au statut de pays sans paludisme délivré par l’OMS ».

Les 15 autres pays qui réunissent les conditions pour pouvoir éliminer la maladie d’ici 2020 sont d’Asie (Chine, Malaisie, Corée du Sud, Bhoutan, Timor-est, Népal, Arabie Saoudite, Iran) et d’Amérique Latine (Costa Rica, Belize, Salvador, Mexique, Paraguay, Equateur, Surinam).

Dans son rapport sur le paludisme dans le monde en 2015, l'OMS indique que le nombre de pays et de territoires où la transmission du paludisme est active a diminué entre 2000 et 2015 ; passant de 106 à 95. L'Afrique demeure le continent le plus touché, avec 214 millions de cas en 2000 pour 188 millions de cas en 2015 ; et 764 000 décès en 2000 contre 395 000 en 2015.

En outre, l’OMS annonce que « le paludisme n’est plus la première cause de mortalité infantile en Afrique subsaharienne ».

Langke Diallo
Analyste sur Nextafrique.com.

Activiste dans une ONG internationale sur des projets de développement social et durable, Langke prône un développement sain et prudent en Afrique.