Les progrès de l’Afrique en chiffres face aux défis du présent et de l’avenir (BAD)

Une nouvelle publication de la Banque Africaine de Développement (BAD) fournit des chiffres précis et des graphiques documentés, dans un ouvrage de 70 pages qui fourmillent d’informations sur l’Afrique et les progrès accomplis.

Cette publication, intitulée Tracking Africa’s Progress in Figures (« Suivre les progrès de l’Afrique en chiffres », ndlr) nous apprend par exemple que l’Afrique compte 52 villes d’un million d’habitants ou plus, soit le même nombre qu’en Europe. Autre fait intéressant : depuis 2005, 20 pays d’Afrique figurent parmi les 50 économies au monde qui ont connu le plus d’améliorations, en termes d’efficacité du cadre réglementaire pour le milieu des affaires.

Le rapport entend notamment fournir un aperçu du passé pour mieux donner une idée claire du présent, mais aussi anticiper sur l’avenir. « Au cours des dernières décennies, l’Afrique a entamé un processus de transformation et de croissance. Le rapport de la Banque africaine de développement, (…) vise à identifier les grandes tendances qui, avec d’autres facteurs de changement, façonneront l’avenir de l’Afrique », écrit Mthuli Ncube, économiste en chef et vice-président de la BAD, dans la préface

Le développement humain, principal moteur de croissance

Le capital humain promet d'être le principal moteur de la croissance en Afrique. Avec une population en plein essor et une urbanisation croissante, l'importance de l'éducation, de la santé et du logement devient de plus en plus évidente, dévoile le rapport de la BAD.

  • En 2050, la population africaine devrait augmenter à au moins 2,4 milliards de dollars et va continuer à croître à 4,2 milliards de dollars, quatre fois sa taille actuelle au cours des 100 prochaines années .
  • Moyenne des enfants et la mortalité infantile réduiront de 93 pour 1000 naissances vivantes en 2015 à 32 pour 1 000 naissances vivantes en 2060.
  • L'Afrique a fait des progrès vers la réalisation de l'éducation primaire universelle. Plus doit être fait pour améliorer le taux d'achèvement primaire, la qualité de l’éducation, et les inscriptions secondaires et tertiaires.
  • En 2030, la population urbaine augmentera de 350 millions de personnes.
  • Dar es Salaam, la capitale économique de la Tanzanie est classée comme la ville africaine qui connaîtra la plus forte croissance humaine entre 2010 et 2025 avec une hausse de la population de 85,2%, suivie par Nairobi (+77,3%), Kinshasa (+71,8%), Luanda (+69,3%), Addis-Abeba (+62,4%), Abidjan (+51,5%) et Dakar (+51.5%).

De la performance économique à une croissance inclusive et une transformation structurelle

La dernière décennie de croissance sans précédent a changé la perception de l'Afrique pour le mieux. 7 des 10 économies les plus dynamiques de la planète sont aujourd'hui en Afrique, la pauvreté a diminué depuis le début du millénaire, et la classe moyenne africaine alimente l’accroissement de la demande de consommation intérieure. Avec de nouveaux investissements et sa croissance économique, l'Afrique a clairement une opportunité de devenir un continent prospère qui crée plus d'emplois pour tous au cours de la prochaine décennie, révèle la publication.

  • Depuis 2005, 20 pays d'Afrique sont parmi les 50 plus grandes économies du monde dans les affaires efficacité de la réglementation. Parmi ces pays, le Rwanda a le plus progressé au cours des 7 dernières années.
  • La proportion de personnes vivant dans la pauvreté (sous le seuil de 1,25 dollar par jour) a diminué à moins de 45% en 2012 et devrait baisser à 41,2 % en 2015.
  • Les pays ayant des taux de réduction de la pauvreté relativement élevés sont le Burkina Faso, le Ghana, le Malawi, le Mali, le Mozambique, le Rwanda, le Sénégal et l'Ouganda. Cependant, le Tchad, la Côte d'Ivoire, l'Egypte et le Zimbabwe ont enregistré des augmentations des niveaux de pauvreté.

Gouvernance, Fragilité, et Sécurité : peut mieux faire…

La croissance économique ne peut conduire à un développement durable et équitable que si elle repose sur une base de juste, inclusive, la gouvernance responsable, transparente et efficace, et établissements administrés par l'État capable, avertit la BAD dans sa publication. La fragilité en Afrique, y est définie, comme un produit de l'évolution sociale, économique et environnementale dramatique.

  • 19 des 35 États fragiles de monde se trouvent en Afrique.
  • Ces Etats africains comptent plus de 200 millions de personnes, soit environ 20% de la population du continent. Ils sont à la traîne pour la majeure partie des indicateurs de développement avec des taux de malnutrition 50% plus élevés, une mortalité infantile 20% plus fréquente et des taux d’achèvement de l’école primaire 18% plus bas qu’ailleurs.
  • En moyenne, l'aide au développement reste le plus grand flux financiers dans les États fragiles, suivi des envois de fonds et des investissements directs étrangers. Toutefois, les ¾ de l'investissement direct étranger vont à seulement 7 pays, dont la plupart sont riches en ressources naturelles.
  • La majorité des personnes affirme être en mesure de signaler un incident de corruption ; alors que seulement 3 personnes sur 10 déclarent ne pas pouvoir le faire.

Intégration régionale, Commerce et Investissement : L’Afrique de plus en plus attrayante

L'Afrique est en train de devenir une destination d'investissement attrayante et un marché clé pour les biens et services. Avec une population active de 600 millions de personnes qui pourrait doubler d'ici 2040, dépassant la Chine et l'Inde, et un environnement des affaires s'améliore, l'Afrique est en passe de devenir la prochaine économie émergente du monde. Pour mettre ses gains économiques à la croissance durable et de prospérité partagée, les secteurs public et privé de l'Afrique doivent travailler ensemble pour connecter les marchés du continent, approfondir l'intégration régionale, et adopter des réformes qui améliorent la compétitivité, conseille le rapport.

  • Au cours des dernières années, l'Afrique a fait de grands progrès dans le développement de son secteur privé : depuis 2000, l'investissement direct étranger a été multiplié par cinq, à 50 milliards de dollars l'an dernier.
  • Alors que les pays développés dominent encore le commerce africain, les tendances récentes indiquent que le développement des régions économiques est le moteur de la croissance du commerce en Afrique et continueront de l’être au cours des 50 prochaines années.

Développement des infrastructures, catalyseur de croissance durable

Le développement des infrastructures est un facteur clé de progrès sur le continent africain et un catalyseur essentiel pour la productivité et la croissance économique durable. Il contribue de manière significative au développement humain, à la réduction de la pauvreté, et à la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD). « Les Investissements dans les infrastructures représentent plus de la moitié de la récente amélioration de la croissance économique en Afrique et a le potentiel de faire encore plus. », apprend-on du rapport.

Routes

  • Moins de la moitié de la population rurale africaine a accès à des routes praticables en toute saison.
  • Le secteur des transports doit être mieux orienté vers la valorisation du capital humain et social.
  • La contribution de l'Internet au PIB global de l'Afrique est faible, mais devrait croître d'au moins 5 à 6%, au même niveau que la Suède, de Taiwan et du Royaume-Uni, en 2025.
  • En 2012, plus de 197,6 millions de personnes en Afrique utilisent l'Internet, ce qui correspond à 18,6% de la population.
  • Le coût annuel des conflits est estimé à 100 milliards de dollars.
  • La couverture à large bande est de 16% et atteindra probablement 99% en 2060.

Agriculture, Sécurité alimentaire et Environnement

Le continent a besoin de sa propre révolution verte pour améliorer le rendement et la commercialisation de l'agriculture. La publication indique que « La promotion de l'agriculture continue d'être le moyen le plus efficace de générer une croissance inclusive et la réduction de la pauvreté en Afrique ».

  • La malnutrition a été réduite de 23% depuis les années 90.
  • En termes de croissance verte, l’Afrique a réduit son niveau d’émission de CO2 de 120 millions de tonnes et a réussi à régénérer 61 000 hectares de forêts régénérées.
  • La production agricole a augmenté de façon constante à travers l'Afrique au cours des dernières décennies. Pourtant, la croissance du taux de rendement moyen du continent est à la traîne d'autres régions du monde.
  • Crises alimentaires mondiales récentes et les luttes en cours avec la faim dans certaines régions d'Afrique, en particulier dans la Corne et le Sahel, soulignent la nécessité d'une plus grande sécurité alimentaire. L'Afrique doit également exploiter plus de son propre capital humain, naturel et financier à investir dans le développement futur.
Severine Dupont
Analyste sur Nextafrique.com.

Titulaire d'un master en sciences appliquées et d'un MBA, Séverine est consultante et exerce entre Paris, Abidjan et Dakar. Elle est passionnée par la culture et les innovations locales africaines.