Développement économique en Afrique : Des solutions pour combattre l’émigration des jeunes

Par tous les moyens – par voie terrestre puis par mer – les africains cherchent à émigrer vers l’Europe, au risque de leurs vies. Et si après un parcours périlleux, ils parviennent en Europe, ils risquent d’être pris et renvoyés chez eux. Et malgré cela, ils se disent tous prêts à recommencer…

C’est-à-dire que les africains souffrent – l’Afrique perd ses talents : la jeunesse, qui s’exporte vers l’Europe  en lui posant d’énormes problèmes sociopolitiques et même économique. Mais que faire ?   « Rester en Afrique et mourir »  ….ou…« Emigrer vers l’Europe et survivre » ? C’est la question que se pose beaucoup d’émigrants.

Mais Pourquoi les africains émigrent-ils ? Alors que le continent africain est très riche.

L’Afrique regorge de ressources agricoles et minières. A telle enseigne qu’on les qualifie de « Scandales Géologiques » en raison de l’énormité de leurs ressources.

  • 60% des réserves mondiales de cobalt,
  • 90% de platine,
  • 50% de diamant, etc.

I- Les causes de l’Emigration

Pourquoi, avec autant de richesses sur leur sol,  les Africains émigrent-ils ?

Quand on voit l’énergie, le courage et la détermination des africains pour affronter les dangers de l’émigration et ensuite pour accepter n’importe quel emploi en Europe (on voit ainsi un médecin ghanéen devenir gardien de parking à Paris ou un « énarque » malien devenir balayeur à Rome), on doit donc se dire que ces personnes ne sont ni des « trouillards » ni des « tire aux flancs ».
On se doit dès lors, si on veut trouver une solution à ce problème, de rechercher les vraies causes de l’émigration africaine.
Il existe plusieurs causes entre autres les guerres, le manque d’emploi etc. mais la principale, c’est la pauvreté en Afrique, que l’on peut illustrer par quelques chiffres :
Plus de la moitié de la population africaine vit avec moins de 1€ par jour pour se loger, se nourrir, se soigner, et s’éduquer…
1 € par jour, c’est totalement insuffisant, c’est pourquoi les africains meurent vite…

  • D’ailleurs, l’espérance de vie n’est que de 45 ans en Afrique contre 80 à 83 ans en Europe, en Amérique ou même en Asie.

On vit 2 fois moins longtemps en Afrique qu’ailleurs.
Ainsi, en Afrique  « non seulement on vit mal, mais on vit peu »,

  • Concernant maintenant le Chômage. Selon le BIT (Bureau International du Travail) : 60 à 75% de la population active sont au chômage. Même les diplômés, y compris les médecins, ne trouvent pas d’emplois.

Pis, les Africains ne sont non seulement pauvres, mais leur continent est très endetté – et pourtant ce continent est tellement si riche !

  •  En effet, La Dette Extérieure de l’Afrique est passée de 11 Milliards $ en 1970 à 540 Milliards $ en 2002, soit 50 fois plus de dette extérieure en 32 ans ! N’en parlons pas entre les périodes 2002 et 2012. Leçon : Aucun pays ne peut se développer à travers l’aide internationale. Preuve : Si les aides étaient  un engin de développement, l’Afrique serait le continent le plus développé au monde.
  • Et durant cette période, l’Afrique a déjà remboursé 10 fois ce qu’elle devait en 1970, mais sa dette n’arrête pas pour autant d’augmenter.

Ce qui fait que la moitié des pays africains sont des PPTE   (Pays Pauvres Très Endettés). Sur les 27 PPTE dans le monde, 25 sont des pays africains.

II- Les causes de la Pauvreté

Comment expliquer que les africains soient si pauvres, alors que l’Afrique regorge de richesses innombrables ?

En effet, comment comprendre que l’Afrique soit si riche et que les africains soient si pauvres.
L’analyse montre que la pauvreté des africains est due au fait que l’Afrique a une économie du 18ème siècle, puisqu’elle continue à n’exporter que ses matières premières, aux prix fixés par les multinationales.
Et, ces prix n’arrêtent pas de baisser. Ainsi, le prix du cacao est passé de 3 € en novembre 2002 à environ 1,5 € en juin 2003, soit une baisse de 50% en 7 mois. De même pour le café qui est tombé en 2003 à son plus bas niveau depuis 100 ans.
Et donc, plus l’Afrique exporte ses matières premières, plus l’Afrique perd de l‘argent.

Pour preuve, l’Afrique ne représente que 1% du Commerce Mondial, contre 6% en 1970, soit une baisse en valeur actuelle de 600%.
Comme elle est de plus en plus pauvre, elle est donc obligée de s’endetter de plus en plus pour pouvoir survivre, même si cet endettement hypothèque leur avenir et celui de leurs enfants. C’est un lourd fardeau qui pèsera longtemps sur leurs épaules.     En effet, pour rembourser sa dette abyssale,
l’Afrique est obligée de brader toutes ses ressources agricoles et minières
quelque soient les prix fixés par les « cours mondiaux ».
– Obligée de brader- car l’Afrique n’a aucun moyen financier pour pratiquer la rétention ou le stockage qui lui permettraient de ne pas vendre en cas de baisse brutale des prix.
L’Afrique se trouve dans le cercle vicieux de la pauvreté et de l’endettement.
C’est ce qu’on pourrait appeler le « Tsunami économique » qui tue plus d’africains en 1 mois que les tsunamis naturels en 5 ans.

C’est cela qui amène les africains à émigrer : c’est une question de survie !

 III- Il existe une  Solution à l’émigration, qui ne passe ni par les barrières policières, ni par l’accroissement de l’Aide, ni même par l’effacement de la Dette africaine…

 Quelle est cette solution qui ne passe pas par des barrières de protection autour de l’Europe ?

En effet, aucune barrière ne pourra protéger un « îlot de prospérité » dans un océan de misère. Il est donc nécessaire d’étendre la prospérité à l’Afrique…

Mais comment ? Par les Aides Publiques au Développement (APD), communément appelées  « Coopération » ?

Certes, l’Europe n’a cessé d’apporter des aides de coopération depuis 50 ans. Mais les résultats obtenus sont bien maigres, puisque l’Afrique n’arrive toujours pas à s’en sortir et que les africains sont obligés d’émigrer pour survivre. On en conclut donc que l’Aide au Développement a été mal faite…ou qu’elle a été faite dans le but de maintenir l’Afrique dans son seul rôle de pourvoyeur de matières premières.
Pour preuve, en 2004, l’Aide Publique au Développement (APD) s’élevait à 78 Mds $.
Mais, dans la même année, l’Afrique a dû décaisser 374 Mds $, au titre du service de sa dette.
Ce qui signifie que, pour chaque $ reçu sous forme d’aide au développement, l’Afrique doit décaisser 5 fois plus, pour rembourser sa dette.
C’est une voie sans issu.

En effet, même si on doublait cette aide, le solde resterait négatif (- 218 Mds $). Et l’Afrique continuerait à décaisser 2,5 fois plus que cette aide pourtant doublée.
Au demeurant, ce doublement de l’aide à l’Afrique est irréaliste, car les pays développés ont plutôt tendance, non pas à augmenter leurs aides, mais à les diminuer progressivement.

Que dire alors de « l’effacement de la dette » ?

Certes, c’est un soulagement, mais jusqu’à présent, on n’a effacé que quelques petites dettes jugées irrécouvrables. On se retrouve dès lors dans le cas précédent où l’Afrique continue à décaisser plus qu’elle n’en reçoit.

Et si on effaçait entièrement toutes les dettes africaines ?
Cette mesure est  généreuse, mais totalement irréaliste, car les créanciers publics, et surtout privés, n’accepteront jamais de le faire sans être dédommagés.
Or, Qui va les dédommager ? Les contribuables ? De quel pays ?

Et même si on arrivait à effacer toutes les dettes africaines, que se passerait-il ? Certes, l’Afrique ne serait plus endettée, mais elle resterait toujours pauvre.
L’Afrique ressemble à ce SDF (sans domicile fixe) à qui sa banque a effacé les dettes. Son sort ne s’améliore pas pour autant. Car il reste toujours un SDF qui sera mis sur la liste rouge des banques, ce qui signifie qu’il n’aura plus accès aux crédits.
Comme notre SDF, l’Afrique aurait préféré qu’on lui donne un emploi pour qu’elle puisse rembourser sa dette, plutôt que d’effacer sa dette, mais sans lui donner d’emploi.
Comme disait Confucius, « Donnez un poisson lui permet de vivre un jour. Apprenez-lui à pécher, et vous le nourrissez toute sa vie ».

C’est dire que toutes les généreuses idées, évoquées lors des forums, conferences, sommets ou lors des élections, resteront lettre morte, tant qu’elles ne visent qu’à se donner bonne conscience et non point à rechercher la vraie solution à la pauvreté en Afrique.
Pour cela, il faut se pencher sur la vraie cause de cette pauvreté.

Un exemple concret nous permettra de mieux comprendre la situation en Afrique :
Une bouteille d’eau minérale qui coûte 60 cts € en Côte d’Ivoire…
Remplissons cette bouteille de café vert : ce café est payé aux planteurs 30 cts € seulement. Ce qui signifie que le café est payé 2 fois moins cher que l’eau.
Comment expliquer que le café, fruit de dur labeur, soit rémunéré 2 fois moins que l’eau, don de la nature, et qui plus est, abondante en Côte d’Ivoire et bien sûr dans toute l’Afrique.
Comment peut-on vivre avec cela ? Encore, le producteur de cacao ne peut pas payer du chocolat !

En outre, l’Afrique ne produit pas ce qu’elle consomme et ne consomme pas ce qu’elle produit. C’est un véritable scandale !
Voilà ce qui explique la pauvreté des africains et le « pourquoi ils émigrent ».

La solution passe par la transformation industrielle en Afrique

En effet, lorsque ce même café est transformé en café soluble, son prix passe alors à 30 € par Kg, soit 100 fois plus.
Ainsi, la transformation industrielle dégage 100 fois plus de valeur ajoutée.
Et cette valorisation reste la seule solution pragmatique.
En effet, l’Afrique ne pourra sortir de sa misère que si elle valorise ses matières premières par la transformation industrielle sur place.
Ces richesses accrues permettront à l’Afrique de financer son développement et donc de créer des emplois sur place.
Et les africains n’auront donc plus besoin d’émigrer vers l’Europe.
Mieux, en étant plus riches, les africains vont pouvoir acheter des voitures européennes, des airbus… Et éventuellement fabriquer toutes ces choses elle-même en raison de la révolution industrielle. Ainsi soit-il, ils iront en Europe en tant que touristes… et non en tant que travailleurs clandestins.
Au lieu d’aller en Europe pour prendre aux européens des emplois ou des allocations familiales, les « nouveaux africains » du « Next-Africa », par leurs achats ou par leurs dépenses touristiques, vont permettre à l’Europe de créer sur place des emplois supplémentaires.

IV – La mise en œuvre de la solution africaine rencontre de nombreux obstacles

Alors pourquoi l’Afrique ne se dote-elle pas d’usines de transformation ?  Y-a-t-il des blocages ?

Pour un Européen, il est incompréhensible que l’Afrique, disposant d’énormes ressources minières et agricoles, ne se soit pas dotée d’usines de transformation.
Cela est dû à la mauvaise gouvernance, à la corruption, au manque de volonté politique et même au système politique (la démocratie étant très dérisoire) … avec en toile de fond, les multinationales. Et c’est ce système qui bloque naturellement toute velléité d’investissement industriel qui favorise le développement économique.

Pour le système politique par exemple, qui définit à ce qu’un gouvernement « démocratique » fasse deux mandats au pouvoir soit une durée de huit à dix ans (selon le pays), un jeune ministre fera tout pour amasser de la richesse durant ses quatre premières années en fonction dû aux faiblesses que présente le système. Pas de programme national de développement puisque chaque parti politique avec son programme de société.

Personne n’a songé à braver cet environnement hostile et monter une usine ou des usines de transformation ? Existe-il un projet concret ?

Des informations disponibles montrent que deux entrepreneurs, l’un français (Jean Claude ROCHET – HEC et ancien D.G de Blohorn) et l’autre ivoirien (M.TANOE), ont bien tenté de monter des usines de transformation en Côte d’Ivoire. Et pourtant leurs 2 usines, dénommées Prépal (Préparation Alimentaire à partir des grains de coton) et Sialim (Produits laitiers), ont été rapidement bloquées, puis anéanties par une multinationale suisse qui domine le secteur agro-alimentaire en Afrique.
Une autre société, toujours en Cote d’Ivoire, a vu sa vision bouleversée : c’est Ivoir-Café.

Elle a acheté 70.000 M2 de terrains et bâtiments en plein centre d‘Abidjan. Elle a signé des conventions de financement avec la Banque Africaine de Développement (BAD), la BOAD, IFU, Niro etc.
Quelques années plus tard le Président de la multinationale suisse est arrivé précipitamment à Abidjan. Et dans la même journée, le vice-président de la BAD a annulé tous les contrats de la BAD avec Ivoir-Café par une simple lettre sans référence…

Tout ceci montre les difficultés pour démarrer une usine de transformation en Afrique, alors que c’est une nécessité reconnue par tous, pour pouvoir sortir l’Afrique de ce qu’Isidore Kpotufe appelle la « tyrannie économique ». C’est une «Ardente Obligation » dirait le Gal De Gaulle…

Outre, il faut dire que les Africains n’ont pas confiance en eux-mêmes, mais pourquoi ? Pour justifier ceci il faut reprendre les mots du renommé historien africain Joseph Ki-Zerbo « Quand…nous nous battions pour l’indépendance économique de l’Afrique, on nous répliquait : “Vous ne pouvez même pas produire une aiguille, comment voulez-vous être indépendants ?” Mais justement pourquoi nos pays ne pouvaient-ils pas produire une aiguille ? Parce que, pendant cent ans de colonisation, on nous avait affecté à ce rôle précis : ne pas produire même une aiguille, mais des matières premières, c’est-à-dire dépouiller tout un continent. »

V : Rôle de la France : « Françafrique » ou « France-Afrique » ?

 A-    Combien coûte les opérations militaires françaises en Afrique ?

Le coût d’une opération militaire française dépend des moyens humains et matériels déployés, de la durée et de l’ampleur de la mission. Il est donc difficile à évaluer à priori. Les opérations telles que « Serval » au Mali, « Harmattan » en Libye ou « Sangaris » en Centrafrique, sont financées par crédits dédiés aux opérations militaires extérieures (Opex).

Depuis 2011, les Opex sont dotées de 630 millions d’euros par an. La France dépasse systématiquement cette enveloppe et les surcoûts sont financés par des crédits interministériels: 578 millions ont déjà été débloqués en 2013 pour couvrir les frais de l’opération Serval. Une somme finalement marginale par rapport au budget total de la mission Défense pour 2013 de 31,4 milliards d’euros.

Selon la Cour des comptes, la campagne malienne, une intervention très lourde, a coûté 647 millions d’euros. A titre de comparaison, la France a dépensé 368,5 millions pour l’opération de sept mois en Libye et 493 millions pour l’intervention en Afghanistan.

B-      Rôle de la France et ses conséquences

Prenons l’exemple de la Côte d’Ivoire.
La France a dépensé pour ses forces basées en Côte d’Ivoire, les « Forces Licorne », entre 200 et 300 millions par an.

Malgré ces énormes dépenses, le dispositif militaire français n’a pas pu empêcher :

  • L’exode massif de 8.000 français en 2004. C’était l’exode le plus important, après celui des pieds-noirs.
  • La destruction et fermeture de toutes les écoles françaises en Côte d’Ivoire,
  • La destruction et la fermeture de presque toutes les petites et moyennes entreprises françaises dans ce pays,
  • Les drapeaux français ont été brûlés, l’image de la France remise en question…très très négatif.

C’est un véritable échec.

La cause : c’est le système « Françafrique » qui, au profit d’une poignée d’individus, a ruiné l’Afrique francophone voire anglophone – puisque la France a ouvertement fait connaitre ses intensions sur cette question authentifié par la récente proposition du président français François Hollande, la tenue d’un sommet africain à Paris samedi prochain pour évoquer les questions de sécurité en lien avec Boko Haram frappant la  première puissance économique africaine, Nigeria. Et tout ceci provoque l’émigration des jeunes africains vers la métropole.

C-      Quel doit être le Nouveau rôle de la France : France-Afrique. ?

 La situation actuelle est explosive, elle ne peut donc perdurer. Sinon l’Europe devra s’attendre à un afflux de 20, voire 50 millions d’africains.
Et aucune barrière policière ne pourra protéger l’Europe de cette armée de désespérés qui n’auront plus rien à perdre …

Alors, que faut-il faire pour que les africains ne désirent plus quitter leur continent ?

La réponse a été maintes fois démontrée: si la pauvreté disparaît en Afrique, l’émigration disparaîtra en même temps.  Et pour faire disparaître la pauvreté, il faut le développement économique qui passe par l’émergence d’industries de transformation.
Et la France peut et doit jouer un rôle moteur dans le développement de l’Afrique si elle tient à ne pas rompre son « fameux mariage » avec l’Afrique : la Françafrique.

Faut-il, pour cela, que la France dépense davantage ?

Non, car ce n’est pas une question d’argent, mais de vision. La transformation de l’Afrique implique de disposer des visions et des solutions aux grandes problématique que fait face l’Afrique.
Tout d’abord, la France devrait user de son influence pour faire débloquer les projets industriels qui ont été bloqués par le système « Françafrique ».
Dans ce cas, à part quelques « coups de fil », la France n’aura rien à dépenser.

Mieux, si la France veut aller plus loin – mais sans dépenser au-delà de son budget alloué actuellement à l’Afrique – elle devra rompre avec sa « politique africaine » actuelle. En voici comment et deux exemples

1er exemple : les 1.200 millions € dépensés pour les forces « Licorne » en Côte d’Ivoire pourraient être convertis en 50 usines de café. Ces usines auraient créé 35.000 emplois directs et 350.000 emplois indirects, soit 385.000 emplois en Côte d’Ivoire. Ce qui permet de faire vivre environ 385.000 familles, et comme chaque famille africaine est composée de cinq à sept personnes au moins, cela représente au total presque 4 millions de personnes. Ce serait autant de candidats en moins à l’émigration.
En outre, les français exilés de Côte d’Ivoire pourraient enfin rentrer dans leur pays adoptif.
Mieux, ces investissements seront non seulement productifs pour la Côte d’Ivoire, et bien évidemment toute l’Afrique,  mais également rentables pour la France. C’est le principe « gagnant-gagnant ». Et c’est ce qui doit être fait dans toute l’Afrique.

Au demeurant, comme ce seront des usines de transformation de produits tropicaux – et non des usines électroniques ou automobiles – il n’y aura donc aucune concurrence avec les entreprises établies en France et donc aucun impact négatif sur les emplois en Métropole.

En faisant ainsi, le rôle de la France sera mieux apprécié et son influence sera plus d’autant plus grande que la présence d’entreprises françaises s’étendra en Afrique et dans le monde.

2ème exemple : On dépense chaque année des centaines de millions € pour la « Francophonie », alors que le « français » est de moins en moins parlé dans le monde. Ainsi, dans l’ancienne Indochine française (Cambodge, Laos et Viêt-nam), le français est aussi parlé que… le latin.  Tout simplement parce que la présence d’entreprises françaises était nulle dans ces pays.
Dans ce cas, pourquoi ne pas utiliser autrement l’argent de la « Francophonie » et le consacrer à aider les entreprises françaises dans ces pays.
La France y gagnera, ainsi que le « Français » qui sera plus couramment parlé. Encore plus inquiétant, «  beaucoup d’anglophones ont une impression négative des francophones (y compris les français); le français, une langue de violence. » c’est ce qu’a révélé Isidore Kpotufe lors de la conférence organisée par l’ambassade de France au Ghana en commémoration de la journée internationale de la francophonie le 20 mars dernier.

Ce sont là  2 exemples parmi tant d’autres.
L’essentiel, c’est d’avoir une vision pragmatique pour régler le problème crucial de l’émigration. Et cela, avant qu’on en arrive à un point de non retour.

 Les dirigeants africains et leur implication dans le retard du développement économique de l’Afrique 

Pour aller plus loin et comprendre bien les choses,  le retard économique du continent africain  incombe à la fois à l’ancien colon et aux dirigeants africains. Il n’y a pas eu de véritable politique de développement. Pour faire le développement, il faut d’abord éviter le gaspillage. Or, les économies africaines n’ont été gérées que dans le gaspillage. Un gaspillage énorme que n’ont jamais connu les pays occidentaux maintenant développés ni les pays asiatiques comme le Japon et la Chine. Et puis, dans beaucoup de pays, les infrastructures de développement n’ont pas été mises en place. La remise en cause des structures de l’époque coloniale n’a pas été faite. Elles sont restées intactes. L’agriculture n’a jamais été véritablement connectée avec l’industrie. Or, ça, c’est la base du développement : un développement agricole connecté avec le développement industriel. De tels projets sont toujours politisés dans beaucoup de pays africains. Les opportunités que présente l’Afrique attirent les intérêts mondiaux et il convient à ce que les dirigeants africains se mettent au travail et protègent les intérêts des populations africaines.

Conclusion

La voix de l’Europe  sera mieux entendue sur les scènes mondiales, si elle arrive à résoudre les problèmes de l’émigration, non pas par des mesures policières, mais par la participation active et intelligente de l’Europe au développement de l’Afrique. C’est cette rupture dont les africains ont besoin et qu’ils appellent de tous leurs vœux.


Isidore Kpotufe

Activiste de développement africain, œuvrant pour une société civile émergeante en Afrique francophone, Isidore Kpotufe est Directeur d’IMANI Francophone, partenaire de Next-Afrique. Il s’intéresse aux questions liées à l’économie, à la politique, à la gouvernance, à l’aide étrangère, au média, et aux technologies de l’Information et la Communication. Egalement stratégiste en communication politique, il fait partie du panel Africa Live, un programme télévisé sur Business Television Africa. . Site Web : http://www.imanifrancophone.org, partenaire de Nextafrique.com.