Innovation inversée : A Kinshasa et Lubumbashi, des robots « Made in Congo » régulent le trafic

« Women Technologies », une organisation qui aide les femmes congolaises ingénieures à trouver du travail a conçu un robot humanoïde 100% « Made in Congo » capable de réguler le trafic routier. Né à Kinshasa l’année dernière où 2 exemplaires officient sur les artères principales de la ville, le troisième exemplaire du robot officie également à Lubumbashi depuis une semaine.

Ingénieure et entrepreneuse, Thérèse IZAY KIRONGOZI est à l’origine des fameux robots qui régulent la circulation aux carrefours de Kinshasa.

Trois robots agents vont être installés pour gérer la circulation dans la capitale congolaise. Objectif: prévenir et lutter contre les infractions, souvent mortelles.

Face au succès de ces robots, d’autres pays du continent sont intéressés et nombre de gouverneurs locaux ne manquent d'ailleurs pas de lui en commander.

Chaque robot de 250 kg et de 2,50 m, doté de panneaux solaires, a coûté 27.500 dollars. Ils viennent s'ajouter aux deux prototypes déjà installés à Kinshasa depuis 2013 mais en sont "une version améliorée".

Comment fonctionnent-ils?

Le robot lève les bras, comme le ferait un agent de circulation humain, pour bloquer une voie et laisser passer les voitures sur l'autre voie, avec son plastron qui passe du vert au rouge.

Le robot réagit beaucoup plus vite aux commandes. Bref, les composants électroniques sont beaucoup plus performants que la première génération de machines

Thérèse Izay

L'initiative de la mère des robots de Kinshasa illustre bien cette image de vivier de création, d’innovation et d’émulation que souhaite véhiculer la RDC.

J.P. Ntchoum
Author: J.P. Ntchoum
Analyste sur Nextafrique.com.

JP Ntchoum est Responsable des systèmes d'informations dans le secteur pharmaceutique. Deux passions : les systèmes d'informations et les mécanismes de développement.


Innovation inversée : A Kinshasa et Lubumbashi, des robots « Made in Congo » régulent le trafic
Watch the video

« Women Technologies », une organisation qui aide les femmes congolaises ingénieures à trouver du travail a conçu un robot humanoïde 100% « Made in Congo » capable de réguler le trafic routier. Né à Kinshasa l’année dernière où 2 exemplaires officient sur les artères principales de la ville, le troisième exemplaire du robot officie également à Lubumbashi depuis une semaine.

Ingénieure et entrepreneuse, Thérèse IZAY KIRONGOZI est à l’origine des fameux robots qui régulent la circulation aux carrefours de Kinshasa.

Trois robots agents vont être installés pour gérer la circulation dans la capitale congolaise. Objectif: prévenir et lutter contre les infractions, souvent mortelles.

Face au succès de ces robots, d’autres pays du continent sont intéressés et nombre de gouverneurs locaux ne manquent d'ailleurs pas de lui en commander.

Chaque robot de 250 kg et de 2,50 m, doté de panneaux solaires, a coûté 27.500 dollars. Ils viennent s'ajouter aux deux prototypes déjà installés à Kinshasa depuis 2013 mais en sont "une version améliorée".

Comment fonctionnent-ils?

Le robot lève les bras, comme le ferait un agent de circulation humain, pour bloquer une voie et laisser passer les voitures sur l'autre voie, avec son plastron qui passe du vert au rouge.

Le robot réagit beaucoup plus vite aux commandes. Bref, les composants électroniques sont beaucoup plus performants que la première génération de machines

Thérèse Izay

L'initiative de la mère des robots de Kinshasa illustre bien cette image de vivier de création, d’innovation et d’émulation que souhaite véhiculer la RDC.

J.P. Ntchoum
Author: J.P. Ntchoum
Analyste sur Nextafrique.com.

JP Ntchoum est Responsable des systèmes d'informations dans le secteur pharmaceutique. Deux passions : les systèmes d'informations et les mécanismes de développement.